Courir est plus qu'un besoin, c'est aussi une passion

Archives de la catégorie ‘Parachustisme’

P.A.C. Aube Parachutisme

Voilà, après plus de 20 ans d’attente, j’ai débuté le parachutisme.

Pourquoi avoir attendu aussi longtemps me direz-vous ?

Simplement pour une raison de financement. Le Tandem est certes plus facilement accessible mais je voulais pourvoir sauté en autonome. C’est pour cela que je me suis rendu le 10 octobre  sur l’aérodrome de Brienne le Chateau (10 Aube) pour effectué ma PAC (Progression Accompagné en Chute Libre) chez Aube Parachustime.

10 octobre 2011 :

Le rendez-vous était donnée à 9h pour débuté la formation théorique de 4 heure.

Après avoir bien assimilé toutes les notions de sécurité (disponible en PDF de la Fédération), celle-ci est normalement suivi dans l’après midi du 1er saut accompagné de 2 moniteurs. Cependant, la météo n’étant pas bonne,  tous les sauts ont été reporté au mercredi car Météo France annoncé des éclaircis pour cette journée.

L’après-midi étant libre, j’ai donc enfilé mes Adidas-supernova-riot-3e (acheté chez la Team Outdoor après avoir tester pas moins de 10 modèles différents présenté par Agnès).

Le temps étant venteux, j’ai pu également tester ma veste Kalenji Veste Protect Comfort qui est vraiment efficace.  Ne connaissant pas les alentours de l’aérodrome de Brienne, j’ai donc  juste fait une petite sorti de 7km environ.

Les Adidas sur chemin mixte ne sont pas idéal mais dès que je me suis aventuré dans le sous bois celle-ci ont montré leur bonne accroche et stabilité de la cheville.

La veste Kalenji est aussi un bon coupe vent  est prends peu de place une fois plier (dans une pochette extérieur que je glisse dans mon Camelback).

11 octobre 2011 :

Le temps n’étant toujours pas clément, Ivan nous a formé à la technique de pliage de notre voile principale. La voile pour débutant mesure 22Ft est il faut la plier pour la faire rentrer dans le pod qui mesure à peine 20 cm de large car celui-ci se loge dans la parti base du harnais.

Afin d’assimilé la technique de pliage, nous avons effectué à 3 reprise le pliage. Un pliage  comporte 3 point de contrôle par un moniteur (1 : contrôle des freins, des suspendes, vérification des caissons – 2 : contrôle de la mise en pod et  mise en place de suspende – 3 : mise en place dans le harnais et fermeture des 4 rabats)

Pour vous faire une petite idée, j’ai trouvé une démo du pliage sur épaule (je n’ai pas encore ce niveau)

pliage voile principale

Le temps étant encore nuageux, le saut d’initiation à était reporté au lendemain.

12 octobre 2011 :

1er Saut d’initiation encore reporté, j’en ai donc profiter pour faire une sorti Trail de 20km en foret et chemin boueux équipé en plus de mon Camelbak Rogue 2011 et un Gel de la Performance Speed Ox (Tube 25g) de Power Punch (obtenu par le commerciale de la marque lors de la veillé de septembre).

Après 12 km sous une pluie fini, j’ai donc décidé de testé le gel. Dès la première gorgé, j’ai pas apprécié le goût trop sucré et pâteux de celui-ci. Heureusement, ayant mon Camelback, j’ai pu dilué ce goût trop intense dans  ma bouche. Ce désagrément ne m’a donc pas permis de voir le résultat de la prise de ce gel.

Les jours suivant, météo France à revus ces prévisions et ce n’est que le samedi que le temps c’est éclaircie.

15 octobre 2011 :

Le rendez-vous était donné à 8h30 pour être dans le premier avion.  J’arrive donc à 8h20 sur la Drop Zone (DZ) un peu excité d’avoir attendu toute la semaine. Le pilote étant près, Ivan me fournis mon équipement de saut. J’enfile alors une combinaison complète, le Harnais équipé d’une voile de 22Ft, des gants (0°C à 4000m), un altimètre puis un casque avec une radio pour le guidage sous voile.

PC6 Pilatus8h35, Ivan Perrot, Boston (mes moniteurs) et moi embarquons en premier dans le PC6 Pilatus afin d’être les derniers à sortir.

15 minute plus tard, Julien (le pilote) annonce 2 minutes, tous les parachutistes se préparent.

4 000 mètres, l’avion se met en position de largage et ralenti, la porte s’ouvre. Je ressens comme une excitation et appréhension de l’inconnu. Les 7 personnes devant moi se précipite dans le vide avec un grand sourire.

vu porte PC6 brienneL’alarme commence à retentir alors que c’est à mon tour. Je me rapproche lentement de la porte entourer d’Ivan (à ma droite) et Boston (à ma gauche). N’écoutant le conseil d’Ivan de regarder le bout de l’aile, je regarde rapidement en bas et aperçois le  sol.

Saut PAC

(ce n'est pas moi sur cette photo )

L’alarme me stress,  je me mets en position comme me la éduqué Boston au sol.

Le OK est donné par mes deux moniteurs. 
Retour arrière impossible, je saute alors dans le vide


Je me retrouve alors en chute libre tenu par Boston qui assure ma stabilité ce qui n’est pas évident pour lui. Les 20 premières seconde je suis comme euphorique, je ne ressent pas que je chute à près de 200km/h.

(Tends tes jambes)

Ivan se positionne alors devant nous et me donne des instruction pour corrigé ma position afin d’être le plus stable possible. Je suis au possible ces instructions (poignée témoin, vérification d’altitude, amélioration de ma position…)

(on voit bien le pod s'extraire)

1650 mètres, Ivan m’indique le signale d’ouverture.
Je comprends  son signale difficilement qui est quasiment identifiable avec le soleil derrière lui. Une fois compris, j’ouvre ma voile principale aidé par Boston.
1er saut, ma voile s’ouvre correctement sans aucun problème.
Je souffle de soulagement car c’était moi qui l’avait plier). Après avoir regarder que la voile c’est bien déployé, je fais ma mise en oeuvre (libéré les freins qui sont à 50% au pliage).  La Drop Zone de Brienne offre plein de repère et de zone dégagé pour pouvoir se posé en tout sécurité.
J’entends alors à la radio Elodie (femme d’Ivan) qui me demande de faire un quart de tour à droite pour lui confirmé que je l’entends bien. J’effectue doucement la manœuvre avec succès. Elle m’invite alors à profiter de ma descente puis me dirige vers la zone de progression où je dois me poser.
A 300 mètres, je m’engage sur le circuit pour me poser face au vent. Le sol se rapproche de plus en plus, j’entends alors le TOP pour faire l’arrondit de ma voile en mettant mes freins à 100%. Me revoilà donc les pieds sur terre sans avoir encore pris conscience de mon saut.
N’ayant pas pu sauté de la semaine, Ivan me debrief et me programme sur les vols suivants.
10h30, second sauts, je monte avec un peu moins d’enthousiasme dans l’avion accompagné d’Ivan .
4000m, l’envie de chuter et bien là mais l’appréhension est plus intense. Voilà mon tour, juste avant les deux tandems, je me mets en position mais je ne me sens pas prêt. Pas le temps de continuer à réfléchir, je me lance dans le vide.
Ma position de chute n’est pas stable et je ne suis pas dans le saut. Comme je ne suis pas attentif au signe d’Ivan  (mon moniteur pour la suite du P.A.C.) me tape sur le casque pour que je me concentre. Je regarde l’altimètre et ouvre.
Je me pose après 5 minute sous voile. Je récupéré ma voile et retourne dans le hangars pour plier ma voile. Etant en formation P.A.C., le pliage étant compris, je laisse Mika effectué mon pliage.
Pause déjeuné, je suis prévu dans le premier avion de l’après midi. Etant pas content de mon saut, je traîne un peu avant de retourné sur la DZ.
14h15, Ivan me débrief de mon second saut et m’annonce que je vais effectuer le même saut en me concentrant sur ma position et me demande d’arrêter de me prendre la tête comme je le fais.
3ème saut, 4000m, à l’ouverture de la porte je me sens flagada.
Je me retrouve difficilement en position stable, je chute en ressentant une légère angoisse. Une fois en chute libre, je me concentre sur ma position et me crispe un peu se que ressens bien Ivan. Après l’ouverture, Elodie me demande de faire un battement des jambe si je veux être sous voile sans guidage. Je ne réponds pas afin qu’elle me guide ce qu’elle comprends et m’accompagne jusqu’au sol.
De retour au sol, je ne suis pas heureux de mes deux précédent sauts.
Débriefing, je constate que je régresse par rapport à mon premier saut.
Briefing, on me propose de faire une sorti dos afin d’avoir moins d’appréhension à la sorti de l’avion.
4ème saut, sorti dos, je ne chute pas, je tombe comme un vulgaire sac. J’essaye de me retourner  sans succès. Ivan me retourne, j’essaye de me stabiliser, vérification de mon altimètre. 1700 m,  je ne décide pas d’ouvrir pour le moment mais fait le geste.
Ivan me rappel alors que je dois ouvrir quand je prends la décision même si je peux ouvrir plus bas. J’ouvre et profite de la lumière en cette fin de journée.
Le soleil étant couchant, Ivan m’indique que je peux finaliser ma P.A.C. dès le lendemain si je le souhaite. Je me dois de refusé car je suis au départ du semi-marathon « La Voie Royale » (cf. CR).
4 sauts dans la même journée, je suis content et déçu de ne pas réussir à maintenir ma position.
22 octobre 2011 :
Je n’ai pas pris de licence de parachutiste annuel mais élève valable 16 jour.
Je retourne donc sur la DZ pour y être à 9h. La brume couvre la base, aucun saut de planifier pour le matin. Je suis un peu déçu mais c’est les aléas de ce sport. N’ayant pas mes running, je patiente en parlant avec d’autres parachutistes.
12h30, le ciel s’éclaircie, rendez-vous donné pour 14h à tout les sautant. Je pars alors pour le camping pour manger avec Sam (très bon cuisto à la recherche d’un job).
14h, 5ème sauts, je m’équipe pour partir pour une sorti dos. 4000m, la porte s’ouvre,  je suis impatient cette fois-ci. Mon tour s’annonce avec comme à chaque fois l’alarme de décrochage en bruit fond. Je me lance, un fois sur le dos, je tente de me retourner. Le 1er essaie  est un échec, je ressaie de nouveau et réussis cette fois. J’essaie d’être en bonne position de chute mais ce n’est pas un grand succès.
Une fois posé, Elodie me trouve pâle, n’ayant pas trop manger, je reprends du sucre. On me planifie pour mon 6ème sauts pour le 3ème avions au départ.
Briefing avant saut, il est tant à présent d’évoluer pour sauté  seul, ma sorti sera donc en boule pour me rétablir  puis effectuer un virage droite et gauche.
Cette sorti est moins impressionnante, je me surprends de l’apprécier. Une fois sorti de rotation, je me retrouve sur le dos.  Je me retourne facilement.
Je me mets en position de chute libre et recherche ma stabilité.
Je regarde mon moniteur qui me fait signe de tourner à gauche. Je m’exécute puis essaye de me rétablir. Signe de tourner à droite, je tourne comme une toupie à cause de ma mauvaise position.  Je compense constamment avec mon bras droit.  Ivan me reprends est essaye de me corriger sans que je comprennes.
1600m, j’ouvre et profite de la balade sous voile en ayant toujours le guidage radio.
7ème saut, mon dernier ayant pas était concluant, je ne peux toujours pas sauté en solo. Je dois refaire le même saut en me concentrant sur ma position.
Lors de ce saut, je n’arrive pas à bien mettre mes bras en place et n’arrive pas à bien détendre les épaules. Ivan essaye de faire me relâcher les épaules pour que ma position soit parfaite. Moment de vérification d’altimètre, plus de temps, j’ouvre.
Ne pouvant pas rester le week-end entier, je reporte mon prochain saut pour mes derniers jours de licence.
29 octobre 2011 :
Départ tardif pour la DZ, j’arrive sur le site à 16h. Ivan m’ajoute aussitôt dans le premier avion afin de valider ma P.A.C. dans mon 8ème sauts .
Le ciel commence à se couvrir, Ivan dit alors au pilote d’annoncé au sol qu’aucun avion partira après celui dans lequel on se trouve.  Le ciel est légèrement couvert mais on est à 4000m et il est temps d’y aller.
Sorti dos, retour face  sol réussi, je commence mes rotations, droite puis gauche, et me retourne face à Ivan. Je contrôle mon altitude, 2500m, d’un seul coup je commence à sentir comme des aiguilles sur mon visage. J’essaye de regarder mon altimètre, je n’arrive pas à bien voir l’aiguille avec la buée sur mes lunettes et l’eau sur me sur lunette. J’en perds ma stabilité, Ivan s’en aperçois est m’ouvre à 1450m. Une fois au sol, je regroupe ma voile est constate qu’elle est humide et que la pluie commence à tombé.
Rapide débrief, début saut parfais mais à cause des conditions climatique celui-ci ne me permets pas de sauté en solo.
30 octobre 2011 :
Fin de validité de ma licence, la saison se terminant le 12 novembre, je vais devoir attendre le 3 mars 2012 pour finir ma P.A.C. et valider mon brevet A qui n’est que dans 7 sauts.